5 août 2019

Vers un tourisme responsable et durable ?

 

Le tourisme, un sujet d’actualité en cette saison estivale et vacancière…

Dans ce secteur économique, on voit aujourd’hui apparaître des initiatives venant de start-up, d’entreprises traditionnelles ou même de citoyens, orientées vers un modèle de tourisme responsable et durable. Deviendront-elles des nouveaux usages populaires ? Jusqu’à redéfinir la notion de tourisme ?

 

Tout d’abord, qu’est-ce que le tourisme responsable et durable ?

Cette notion est inspirée de la Première ministre norvégienne Gro Harlem Brundtland. Elle a décrit le développement durable comme « un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs ».

L’année 2017 avait d’ailleurs été définie comme l’année internationale du tourisme durable. Pour permettre au marché du tourisme de mettre en lumière cette tendance touristique en plein développement.

Face à l’urgence écologique, de préserver la planète du réchauffement climatique favorisé par la pollution des activités humaines, des nouveaux concepts émergent ainsi dans l’offre de mobilité touristique…

 

Citons le « cotrainage », développé par la start-up AllonBonTrain :

Elle propose d’acheter des billets en groupe via sa plateforme en ligne, pour obtenir des prix réduits jusqu’à -60%. Cela afin de favoriser les déplacements en train, qui ont un impact moins élevé sur la pollution que la voiture ou l’avion, par exemple.

En plus de ces aspects économiques et écologiques, elle promeut des événements culturels, des festivals musicaux, qui deviennent même partenaires de sa démarche. Cela permet ainsi au public de se rencontrer et de venir partager en groupe ces événements. Cela peut aussi concerner des événements d’entreprise, sportifs, étudiants, ou même des mariages !

 

La solution connectée « We Now », qui s’installe sur les voitures, pour les flottes d’entreprise ou les particuliers :

Elle permet de faire des économies de carburant, de piloter son efficacité énergétique et son écoconduite (émissions de CO2) pour réduire l’impact sur le climat. Elle offre aussi la possibilité de compenser son bilan carbone, en finançant des projets labellisés internationaux visant à réduire la même quantité de CO2 émise.

 

Ou encore, la solution « The Treep », de « mobility planner », pour l’instant adressée aux professionnels :

Cette application innovante permet de comparer et réserver différentes combinaisons de modes de transport pour se rendre à une même destination. Elle indique la durée, le coût et l’emprunte carbone de chaque voyage. Pour choisir, ensuite, le voyage le moins impactant pour la planète. Elle propose aussi, en complément, une action de reforestation visant à compenser au kg près le CO2 émis.

Les fondateurs de cette solution sont partis du raisonnement selon lequel l’impulsion ne peut venir que des entreprises. Puisque l’individu lui-même, seul, refuse de faire des efforts. Cela leur a permis d’être récompensés par le Tourism Trophy, organisé par les Entreprises du Voyage en Juin 2019.

 

La création de labels :

Notamment, le label du tourisme responsable créé par l’ATR (Association pour le Tourisme Responsable). Elle est même devenue la première association des acteurs du voyage en France.

 

La plateforme collaborative Fairbnb, qui promeut un tourisme éco-responsable :

Celle-ci a été créée au printemps 2019, dans cinq villes européennes pilotes (Amsterdam, Barcelone, Bologne, Valence et Venise), par une communauté d’activistes. Ce en réaction aux problèmes que faisait peser Airbnb sur le tourisme.

Elle propose la location de logements de particuliers, dont une partie des bénéfices (50%) servira au développement des localités concernées. Les utilisateurs pourront choisir le projet local qu’ils souhaiteront soutenir. L’idée est d’amener un impact positif aux localités dans lesquelles Fairbnb sera implanté, en faisant participer le loueur et le voyageur.

Fairbnb a été créée sous un statut de coopérative, elle est gérée par les citoyens eux-mêmes, en propriété collective.

 

Enfin, citons la feuille de route pour 2030 de l’Organisation mondiale du tourisme :

Avec comme objectif principal, d’étendre les engagements durables sur l’ensemble du secteur touristique. Selon l’organisation, « il est désormais crucial d’assurer la durabilité du tourisme durable et que ce dernier soit viable économiquement, accepté culturellement et pratiqué universellement ».

 

Belles vacances à vous.

 

Vous avez un projet d’étude orienté services, mobilité ? N’hésitez pas à nous contacter.
Nous serons ravis d’échanger avec vous, pour vous proposer une méthodologie d’étude sur-mesure et vous accompagner tout au long de votre projet.

L’Equipe LDB Mica Research

 

 

 

Sources :
– Être écolo, et créditeur : on a dit oui au cotrainage
– Tourisme durable : mode d’emploi
– La compensation Carbonne devient atteignable avec The Treep
– Fairbnb, la version éthique et équitable d’Airbnb

Image Freepik